• Le marchand de marrons

     

    Bonjour

    Chauds, chauds les marrons !! Voilà le cri qui s'entend bien et qui attire quand il fait froid. Le marchand de marrons parcourt les rues de nos villes hier comme aujourd'hui, car le métier se maintien bien ....

     

     

    Ce petit métier des rues remonte au XIIe siècle, le premier marchand de marrons chauds, originaire de lyon et nommé Benoît se serait installé à Paris, près du Palais-Royal. Habillé en moine, il attirait le chaland à la fois par son cri et son déguisement. Pendant des siècles, si la légende le veut lyonnais, le marchand de marrons est plutôt Limousin ou Auvergnat, ou bien issu du Vivarais ou de la Savoie comme les petits ramoneurs.

     

     

    Paysan au départ, il quitte sa région à l'automne, lorsque la saison des gros travaux agricoles est finie et que, précisément, celle des châtaignes commence. Il soulage sa famille en quittant son pays pauvre et en venant gagner un peu d'argent en ville, avec un matériel rudimentaire

     

     

    Les bonbons chimiques n'existent pas, les friandises sont celles qu'apportent les saisons à tour de rôle : les cerises, fraises, framboises l'été, les châtaignes à l'automne et les enfants en raffolent. Alertés par le cri du marchand mais aussi par la bonne odeur de marrons grillés, ils quémandent quelques pièces à leurs parents pour acheter un cornet (ou un chapelet de vingt-cinq disait-on autrefois). ils ne craignent ni de se brûler les doigts en voulant prendre un marron trop vite, ni de se salir avec la cendre noire des coques trop grillées, ça fait partie du plaisir.

     

     

    Autrefois, ce métier de gagne-petit se pratique même quand on est à la limite de la mendicité, pour survivre; il suffit d'un petit brasero portatif et d'un sac de châtaignes. Certains marchands sont bien sûr mieux équipés, avec du matériel solide, parfois une charrette à bras ou à âne. D'autres ont pignon sur rue avec un emplacement à l'entrée d'un grand magasin ou d'un site touristique.

     

     

    Dans les années 1920, un marchand parisien près de la tour Eiffel donne même à son gril la forme d'une locomotive. Les marrons fument en cuisant et cette fumée part alors dans la cheminée de la loco ! Quel succès ! De vendeur le voici transformé en attraction ! Et on retrouve aujourd'hui encore des braseros camouflés en locomotives, qui vendent des marrons chauds sur les fêtes foraines.

     

    Bonne Journée

     

    « La faïence de Varages !!!Le coffre .... »

  • Commentaires

    11
    Vendredi 13 Janvier à 20:17

    Coucou

    J'avais beaucoup de retard et je vois que toi, par contre, tu es toujours fidèle sur ce blog, bravo à toi.

    Je suis revenue ici pour laisser un petit mot parce que, justement, voilà ce qu'on a mangé ce soir ! Hum, c'est bon !!!

    Gros bisous et bonne soirée

    10
    Lundi 9 Janvier à 20:12

    Bonne soirée amie du sud, ici c'est pluie, et glagla, bisous

    9
    Lundi 9 Janvier à 13:51

    Afficher l'image d'origine

    coucou jackie 

    bonne semaine a toi 

    ton bel article me rappelle ,des souvenirs 

    petite m'acheter parfois un petit cornet 

    temps bien gris tantot

    bises 

    mireille

    8
    Dimanche 8 Janvier à 13:04
    bonne année Cali et vive les marrons chauds bon dimanche bisous
    7
    Samedi 7 Janvier à 20:53

    Très belles explications sur ce metier.

    Je connaissais quand j'étais petite.

    Il y a bien longtemps que je n'en ai vu.

    Bisous Jackie et bonne soirée.

    6
    Samedi 7 Janvier à 13:29

    Bonjour cali.

    Que cela est bon de déguster des marrons tout chaux ,j'aime bien et les préfèrent  a ceux que l'on fait bouillir  ,c'est bien meilleur .

    Bon weekend .bisous kettyn.

    5
    Samedi 7 Janvier à 08:06

    Bonjour Jackie, ah que de bons souvenirs, l'hiver avec un cornet de marrons chauds en main dans les rues de ma ville natale du Nord, bisous.

    4
    Vendredi 6 Janvier à 09:07

    parfois....j'adore et je trouve qu'ils sont meilleurs que lorsque je les grille moi-même!

    Sabine

    3
    Vendredi 6 Janvier à 08:19

    Lors des fêtes de Noël des dernières années, il y a eu des vendeur de marrons et il y en a encore pour certaines manifestations.
    Mais j'ai horreur des marrons!
    Bisous et bon vendredi

    2
    Vendredi 6 Janvier à 07:03

    ici encore dans quelques foires mais ça se perd aussi 

    1
    Vendredi 6 Janvier à 06:10

    Oui tu as raison un petit marchand de rue que l'on trouve aussi par ici, j'aime trop et je ne peux m'empêcher d'en prendre !! et je veux que ce métier reste aussi .. ALORS préservons nos coutumes !! enfin ici j'essaie 

    merci pour ce billet du jour

    bonne journée ma belle

    bisou de nanie

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :