• Le faucheur !!!

     

     

    La saison de la récolte du blé approche. Autrefois c'était le travail du faucheur ,

    maintenant c'est la moissonneuse batteuse. Mais connaissez-vous  ces outils ??

     

    Faucille ou volant

    Avec une faucille, le faucheur doit s'avancer face aux tiges à abattre. Il se penche, engage

    le croissant de la faucille dans la moisson, puis saisi les tiges de la main gauche en

    s'assurant que les doigts sont bien au-dessus de la lame et il tire rapidement vers lui le

    manche de l'instrument. Les tiges coupées sont ensuite disposées en javelles sur le sol. La

    faucille reste longtemps l'outil du jardinage par excellence, mais aussi des moissonneur,

    elle peut être utilisée par les femmes, beaucoup plus légère que la faux

     

     

    De la même façon qu'un bon ouvrier sait choisir de bons outils, le faucheur était aussi

    soucieux de la qualité des siens et surtout de sa faux.  La faux sert à couper l'herbe, elle

    commence à remplace la faucille pour les moissons à partir du XVIe siècle et finit par

    s'imposer au XIXe. Avec la faux le faucheur reste droit, il maintient la lame au sol pour

    éviter la fatigue, Puis il effectue un mouvement latéral des deux bras qui tranche les tiges,

    un apprentissage du geste est nécessaire.

     

    Faux à blé

    La faux à moissonner  née vers -220 avant JC est surmontée d'un râteau qui maintient les

    tiges droites, la coupe peut se faire en dedans (en piquant) ou en dehors (en dépiquant)

    selon que le faucheur coupe sur sa gauche ou sur sa droite. La coupe en piquant et plus

    nette, mais nécessite un deuxième ouvrier ( souvent une femme ou un enfant)  pour

    ramasser les récoltes coupées et les disposées en javelles sur le sol. Les coupes en dedans

    font chuter les céréales en lignes comme les andains. En une journée avec une faucille on

    moissonne 15 ares et jusqu'à 30 avec une grande, mais 50 ares de blé ou 65 d'avoine avec

    une faux.

     

    La sape

    Appelée aussi piquet flamand compte tenu de son utilisation dans le nord, elle permet de

    moissonner les céréales versées, couchées par un orage par exemple là où la faux classique

    ne serait pas efficace

     

    Le coffin en corne bovine

    Etui en corne bovine, en étain, en cuivre ou en zinc, que le faucheur perte à la ceinture et

    dans laquelle se range la pierre à faux .  Comme cette pierre doit rester humide pour bien

    affûter, le coffin contient un fond d'eau. Son bout pointu permet aussi de le ficher en terre

     

    Pierre à faux

    Elle sert à aiguiser régulièrement la lame dans la journée. C'est une pierre poreuse,

    parallélépipédique et aplatie, en général avec un creux pour retenir l'eau et rester humide.

    Elle vient souvent des carrières de Lorraine ou des Pyrénées.

     

    Enclumette de faucheur

    Cette enclume portative sert de support à la lame lors du battage. La tige est pointue,

    pour s'enfoncer dans la terre ou dans un billot de bois et élargie au sommet. Le faucheur

    frappe sur la tête de l'enclumette pour l'enfoncer dans le sol mais aussi pour battre la

    lame. Aux 2/5e de la hauteur un croisillon repose sur le sol quand l'enclumette est en place

    et l'empêche de s'enfoncer davantage sous les coups

     

    Au début du XXe siècle, la faucille n'est plus utilisée que ponctuellement, dans des fermes

    qui n'ont que quelques mètres carrés de céréales, pour l'alimentation de la basse-cour par

    exemple A partir du Second Empire (1860) apparaissent les premières faucheuses ou

    moissonneuses mécaniques, elles abattent dans les années 1880 la quantité de travail de

    cinq faucheurs manuels. Le faucheur disparaît donc vraiment du paysage rural que dans

    les années 1970......

     

     

     

     

     

    « Les seaux à champagne !!Elle a rendu service !! »

  • Commentaires

    12
    Mardi 5 Juillet 2016 à 06:07

    on a des outils anciens !! car mon mari adore ça

    on les restaure aussi bientôt on les mettra en valeur

    sous le porche !!! à suivreeeeeeeeeee

    beau billet !! bonne journée 

    11
    Jeudi 23 Juin 2016 à 10:11

    J'en ai quelques uns de ces outils anciens.

    Très beau billet encore une fois... merci

    Plein soleil depuis 2 jours !

    Bon jeudi chère Jackie et bisous

    Denise..

    10
    Mercredi 22 Juin 2016 à 21:19

    Eh bien bonsoir ici il tombe des cordes, j'ai arrêté l'ordi cause orage, là ça se calme, donc remis en route pas longtemps je suis fatiguée, bisous et prends soin de toi.

    9
    Mercredi 22 Juin 2016 à 15:38

    Bonjour Cali.

    Ton billet m'apprend ce qu’était le travail d'autrefois et surtout bien plus pénible qu’actuellement ,la vie a bien changé ,mais pas toujours en bien.

    bonne après midi .

    Bise.Kettyn.

     

    8
    Mercredi 22 Juin 2016 à 14:32

    Bonjour jakie.

    Merci pour ce beau billet qui me fait repenser a de bons souvenirs .

    Tout ces outils ,je l'ai vue chez mes parents et même fait du travail avec car il n'y avait pas de moissonneuse batteuse ,le travail se faisais avec les vaches et les chevaux ,et beaucoup de sueur...

    Bonne aprés midi avec du soleil.bise. flore.

    7
    Mardi 21 Juin 2016 à 22:34

    J'aime beaucoup ces anciens outils.

    Quel rappel, pour ces anciens métiers, des fermes.

    Quel changement depuis.

    Ca y est, j'ai récupéré nos tableaux.

    Notre journée d'anniversaire fut un beau succès avec notre petite famille et amis.

    Beaucoup de tendresse et de partage.

    Je te fais des bisous Jackie et te souhaite une bonne nuit.

    6
    Mardi 21 Juin 2016 à 21:45

    Dans la région il y a la fête des moissons, tu asfait un bel article,  j'espère que ta petite fille se remet, bisous Jackie

    5
    Mardi 21 Juin 2016 à 15:40

    Avec les outils de maintenant c'est peut-être moins fatiguant ?

    Bisous et bon après-midi Lucia

    4
    Mardi 21 Juin 2016 à 15:16

    Coucou

    Et oui, encore un métier qui disparait...

    J'ai hérité de la faux de mon père. Un oncle a donné un cours à JC, c'est vrai que c'est tout un art de se servir de cela...

    Bisous et merci encore une fois pour cet article bien documenté

    3
    Mardi 21 Juin 2016 à 14:28

    Des outils que je connais, pour certains, que je découvre pour d'autres.

    2
    Mardi 21 Juin 2016 à 13:39

    merci Jackie pour ce bel article sur ces vieux outils ! moi j'ai utilisé le " dail "  la faux  pour couper la luzerne pour nos lapins  ! 3 à 4 heures de rang  dur dur  mias j'étais jeune  hi hi hi  , maintenant j'utilise que la faucille   gros bisous bel am avec le soleil A+  

    1
    Mardi 21 Juin 2016 à 08:16

    C'est certain que la moissonneuse batteuse est plus rapide; mais j'aime bien quand dans les romans de terroir il y a encore ces métiers manuels.
    Et la fête à la fin des moissons; il ne doit plus y en avoir.
    Bisous et bon mardi

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :