• Faiseur de bas !!

     

     

    On appelle bonneterie tout textile à maille , bonnets (d'où le nom de cette industrie)

    mais aussi les bas, chaussettes, vêtements tricotés à la main ou à la machine.

    Le métier à fabriquer des bas apparaît au XVIIe siècle et l'activité se développe

    ensuite de façon fulgurante.

     

     

     Le métier de bonnetier est attesté dès le XVe siècle, essentiellement lié à la fabrication

    des bonnets de coton tricotés. Les bas de soie existent, appréciés par François 1er,

    mais sont découpés dans du tissu. C'est entre 1540 et 1570 que, avec l'évolution

    du costume masculin, on voit apparaître des bas longs tricotés, dont la maille

    donnant  plus de souplesse et d'élasticité. Cette mode des bas de soie exécutés par

    des ouvriers spécialisés  se répand dans tout le royaume.

     

    Le faiseur de bas travaille chez lui, il peut avoir jusqu'à quatre métiers. Sa journée

    de travail est longue, mais il n'est pas obligé de travailler dans l'humidité comme

    le tisserand. Au XVIIIe siècle, les trois quarts des bas sont réalisés en soie bien que

    le droit d'en faire en coton est accordé. Le faiseur de bas a besoin d'une journée entière

    pour réaliser une paire de bas. Le dimanche et le lundi sont chômés, ce repos

    hebdomadaire est occupé par l'entretien du métier ou au travail des champs car ici

    comme ailleurs l'artisan reste toujours un peu cultivateur.

     

     

    La principale préoccupation est de satisfaire la demande et d'adapter la production

    aux goûts de la clientèle française ou extérieure : Allemagne, Angleterre;, Russie,

    Espagne.... Pour plaire à l'Espagne les faiseurs de bas nîmois reproduisent par exemple

    les broderies et couleurs des bas des Péruviennes. A partir de 1780, la volonté de

    l'Espagne de se protéger contre les produits français entraînent une baisse

    des exportations. La Révolution fait disparaître certaines fabriques. Sous l'Empire,

    le blocus continental provoque une hausse exhorbitante du prix du coton, donc

    une nouvelle crise.

     

     

    En 1789, il existe déjà 1.500 métiers de bonneterie dans le département de l'Aube. 

    A partir de 1830, les métiers à tricoter anglais s'implantent dans presque toutes

    les campagnes du département. On trouve des métiers jusque dans les plus petits

    hameaux, c'est presque toujours à ce métier que le fabricant agriculteur doit

    le champ dont la culture accroît  l'aisance de la famille, il ne reste presque jamais en

    repos. il est mis alternativement en action par le père, la mère, le fils et même la jeune

    fille et s'il est quitté par l'un d'eux, c'est pour le travail agricole ou d'autres

    occupations utiles au bien-être de tous. Ce sont de petits industriels qui fournissent

    le métier et les filent à ces petits fabricants des campagnes et qui reçoivent

    les fabrications finies.

     

     

    A parir de 1860, le travail regroupé s'étend car il permet l'utilisation de métiers

    plus performants, mais la mise de fonds nécessaire pour l'acquisition de ces nouveaux

    métiers à vapeur, à pétrole, électriques ou autres devient plus élevée. Le patronat

    individuel, aux capitaux limités et aux salariés peu nombreux, s'efface devant des

    sociétés anonymes collectives qui peuvent lever en bourse des fonds considérables

    et construire des usines plus vastes. Ainsi en 1914, sur 15.000 personnes travaillant

    dans la bonneterie il n'y en plus que 1.500 qui le font chez elles et la moitié

    seulement a conservé une activité agricole annexe.

     

     

    En 1931, le département comptent 36.000 employés dans l'industrie de la bonneterie

    et ses annexes. Dans cette capitale de la bonneterie Troyes arrive en tête , 70 %

    de sa population active travaille pour la bonneterie, suivie par Arcis-sur- Aube,

    Marigny-le-Chatel, Fontaine-les-Grès et le Pays d'Othe sont des centres secondaires

    importants. Mais la crise en 1931,  fait chuter la production jusqu'à 60% pour les

    bas et chaussettes. De nouvelles crises se succèdent à partir de 1968 et entraînent

    des fermetures d'entreprises. Ce n'est qu'en se recentrant sur les produits à forte valeur

    ajoutée et les textiles techniques que Troyes a pu faire face à la mondialisation et

    rester la cité  ( de l'industrie de la maille).

     

     

     

     

     

    « Plaisir !!!Timbales et gobelets !! »

  • Commentaires

    12
    Jeudi 21 Avril 2016 à 06:13

    J'adore tes articles, c'est pour ca que je suis aller fouiner un peu plus dans ton blog super intéressant, de belles découvertes de quoi passer un bon moment dans le partage, merci

    bonne journée

    bisous

    marie

    11
    Jeudi 14 Avril 2016 à 18:06

    Bonsoir Jackie, j'espère que tu dors mieux, sinon tu vas être hs, bisous amie du sud

    10
    Jeudi 14 Avril 2016 à 10:34

    Article très intéressant et contenu bien clair et bien travaillé, un beau travail de mémoire bravo

    bonne journée

    http://augre-du-vent.blogspot.fr

    Marie

    9
    Mercredi 13 Avril 2016 à 10:14

    Superbe billet et très instructif.. j'ai aimé !

    Prends soin de toi et gros bisous.

    Denise

    8
    Mardi 12 Avril 2016 à 21:45
    Très douce soirée gros bisous caty
    7
    Mardi 12 Avril 2016 à 21:33

    Un métier disparu, mais intéressant, essaie de dormir, bisous

    6
    Mardi 12 Avril 2016 à 17:33

    Coucou

    Encore un métier peu connu et qui a drôlement évolué avec le temps...

    Bisous et bonne fin d'après midi

    5
    Mardi 12 Avril 2016 à 16:39

    Bonsoir très bel article très interressant merci bisous

    4
    Mardi 12 Avril 2016 à 15:47

    Bonjour Jakie.

    c'est super ton billet .

    tu nous apprend bien des choses inintéressante.

    bonne aprés midi avec le . 

    Bise.   kettyn.

    3
    Mardi 12 Avril 2016 à 14:50

    Bonjour Cali.

    c'est en prenant mon café ,et le soleil que je viens de lire ton article ,bien intéressant,car je ne savais pas tout cela.

    bonne fin de journée du mardi. Bisous. flore♥

    PS:cela fait un mois que je ne l'ai pas lue sur h a xa.donc j'attend qu'elle revienne pour lui dire. 

    2
    Mardi 12 Avril 2016 à 06:57

    Très intéressant, loin de savoir tout cela.
    Bisous et bon mardi

    1
    Mardi 12 Avril 2016 à 03:05

    Bonsoir dans ma nuit Jackie !

    Une belle découverte merci ! bonne nuit et doux mardi !

    Bisous ! 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :